Publié par Fabrice Jobard

Geremek.jpg«La France se porte bien quand on la regarde de l’extérieur. Mais la vraie question est de savoir pourquoi elle ne se porte pas bien quand elle se regarde»

Bronislaw Geremek cité par Slate.

Commenter cet article

Fabrice JOBARD 13/09/2011 17:12


Merci de votre intérêt pour les préséances. Il faut savoir que les préséances républicaines sont régies par le n°89-655 du 13 septembre 1989 relatif aux cérémonies publiques, préséances, honneurs
civils et militaires. Il est très précis, organise le positionnement des maires, et autres présidents. Ilne laisse aucune place au Clergé sauf en Alsace Lorraine (Concordat encore en vigueur) : en
18ème position. Par analogie on tolère cette place sur le reste du territoire... mais pas plus. pour en savoir plus :
http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=LEGITEXT000006067256&dateTexte=20110913


hubert Britsch 13/09/2011 08:59


Bonjour,
merci de votre réponse. Le préfet et le conseil général relève tous les deux d'une institution "républicaine", appelée à gérer le bien commun. Il n'en est pas de même d'un évêque et d'un maire,
relevant de deux institutions différentes. Il y a beaucoup d'églises qui ont été construites depuis 1905 : reportez vous aux "Chantiers du Cardinal". Indépendamment de ce qu'on peut penser, il
suffit de se renseigner sur ce qui se fait "sur le terrain" : le mair ou le préfet parlent-ils avant ou après l'evêque?


Hubert Britsch 08/09/2011 16:49


cher Monsieur,
il s'agit, si j'ai bien compris, de l'inauguration d'une nouvelle église, qui en application de la loi de 1905 sera propriété de l'Eglise et non à la charge de la mairie. En conséquence, il me
semble plus normal, que le maire parle en second, et l'évêque en dernier : il est chez lui. Il pourrait en être de même pour une église d'avant 1905, sauf à vouloir mettre en exergue la primauté du
maire.


Fabrice Jobard 13/09/2011 08:17



Bonjour,


je ne connais personnellement que très peu d'églises construites après 1905...


Si d'aventure nous êtions dans ce cas là, je persiste à penser que l'évêque ne peut pas parler en dernier. Les préséances républicaines ne se modulent pas en fonction d'une événtuelle propriété.
La preuve en est que le Préfet parle en dernier (en tant que représentant de l'Etat) lors d'une inauguration de collège... qui appartient nécessairement au Conseil général.