Publié par Fabrice Jobard

Je ne sais pas comme c'est chez vous, mais chez nous, les inaugurations occupent une (très) grande partie des journées des agents de la dircom.

Mise à jour des fichiers, conception des invitations, mise sous pli, réunions et visites préparatoires, jour J dans sa totalité... c'est fou le temps qu'on peut passer sur ces manifestations dont le sens nous échappe parfois un peu.

Actuellement, nous multiplions les inaugurations des raccordements de petits villages au réseau haut débit.

A chaque fois, ne sont concernés que quelques dizaines d'habitants, mais le travail, l'argent et l'énergie dépensés sont les mêmes que pour le lancement d'un collège de plus de 1000 élèves !

Les inaugurations se multiplient avec l'avancée des mandats et... l'approche de la réforme territoriale renforce encore la « guerre des inaugurations ».

Le mille-feuille administratif ayant rendu quasi-obligatoires les participations croisées, les différentes collectivités se battent souvent pour organiser les inaugurations.

En effet si l'ordre des discours est bloqué par le décret de 1989 (le Préfet conclut, même si l'Etat n'a pas mis un centime dans le bâtiment...), la collectivité qui organise la manifestation a la main mise symbolique sur le nouveau site. C'est bête à dire, mais nous avons toujours pris soin de marquer du logo de notre collectivité notre pupitre, les plaques commémoratives, nos verres ... autant dire que nous proposons toujours nos services « clés en main » lorsqu'il s'agit d'inaugurer !

Les inaugurations sont des outils de communication coûteux (surtout si on les rapportent au nombre de personnes parfois présentes...), mais particulièrement prisés des élus.

Le petit article paru dans le canard du coin, le nom sur le carton d'invitation et la plaque dévoilée, sont autant de signes de leur travail.

Les inaugurations mettent en scène la geste présidentielle, et ça, ça n'a pas de prix !

Commenter cet article

Duval Rne 19/06/2011 18:34


Bien vu, c'est exactement ça partout, maintenant