Publié par Fabrice Jobard

Entre les autorités d’un même pays, il s’agit de protocole officiel.
 
Avec des autorités étrangères, il s’agit du protocole diplomatique qui régit le rapport des États et de leurs représentants.
 
Le statut des agents diplomatiques et des agents consulaires, les immunités et les privilèges sont définis par la convention de Vienne du 18 avril 1961 sur les relations diplomatiques, par la convention de Vienne du 24 avril 1963 sur les relations consulaires qui renvoient pour tout ce qu’elles n’auraient pas prévu au droit international coutumier. L’analyse des usages diplomatiques n’entre pas dans le cadre de ce dossier. Voici simplement les principes qui sont susceptibles de trouver une application dans l’organisation des cérémonies publiques en France :
 
                        - suivant la charte des Nations unies, tous les États souverains sont égaux ;
 
                        - les chefs de mission diplomatique (ambassadeurs et nonces) prennent rang dans chaque classe, suivant la date et l’heure de la présentation de leur lettre de créance et la notification de leur arrivée. Toutefois, dans les pays catholiques comme la France, la préséance est toujours accordée au nonce apostolique du Saint-Siège. Les chefs de poste consulaire prennent rang dans chaque classe suivant la date de l’octroi de l’exequatur1 ;_
 
1.Permission qu’un gouvernement délivre à un consul étranger pour exercer sa mission.
 
                        - dans une cérémonie publique à laquelle participent plusieurs chefs d’État, ceux-ci sont placés suivant l’ordre de leurs réponses portant acceptation de leur participation ou bien suivant la date de leur accession à la magistrature suprême.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article