Quand on y réfléchit bien, le Protocole institutionnel, ce n'est pas (juste) un carcan casse-pied qui contraint et  oblige en permanence à se poser la question de savoir si on "fait bien ou pas".

Notamment en France où le décret de 1989 sur les préséances est assez clair, le  Protocole est un véritable "espéranto politique".

Il permet aux représentants de chaque institution  de connaître  et de respecter leur rang. Il donne  donc la possibilité de se parler et de se comprendre malgré les aspérités et des "logiciels internes" différents.

Si on prend la réflexion dans ce sens, on comprend vite que le Protocole n'enferme pas, ne sépare pas, bien au contraire.  

C'est plutôt un socle formidable qui permet de construire des événements originaux, mettant en scène une foultitude d'intervenants différents. 

Comme chacun trouve sa place et que celle-ci est connue auparavant, personne ne se marche sur les pieds.

Et le ballet peut commencé, sans fausse note. 

Tag(s) : #protocole, #Bonnes manières

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :