Publié par Fabrice Jobard

Sept deuils nationaux depuis un siècle...

Depuis le début du vingtième siècle, le deuil national a été décidé à sept reprises :

  • Le 9 mars 1930, quelques jours après les terriblesinondations du Tarn dont le bilan humain s'élève à plus de 300 morts.
  • Le 12 novembre 1970, un deuil national est décrété enhommage au général de Gaulle, décédé trois jours plus tôt. Les administrations publiques et établissements d'enseignement sont fermés, la vie publique se fige.
  • Le 2 avril 1974, Georges Pompidou décède en cours de mandat présidentiel. Le 6 avril est déclaré journée de deuil national. Toutes les administrations, à l'exception des services d'urgence, sont fermées, ainsi que les établissements d'enseignement et salles de spectacle.
  • Huit mois après son départ de l'Élysée, François Mitterrand meurt le 8 janvier 1996. Une journée de deuil est décrétée pour le 11, jour de ses obsèques à Jarnac (Charente). Les drapeaux sont mis en berne et un "moment de recueillement" est observé dans les services publics.
  • Trois jours après les attentats du 11 septembre aux États-Unis, un deuil est observé dans toute l'Union européenne, le 14 septembre. Toute activité est suspendue à midi: drapeaux en berne, églises sonnant le glas, métros à l'arrêt, programmes de télévision interrompus et rassemblements sur des places publiques.
  • Le 8 janvier 2015 est déclaré "jour de deuil national" en hommage aux douze personnes tuées dans l'attentat survenu la veille à Paris contre le journal satirique Charlie Hebdo.
  • Trois jours de deuil national sont observés les 15, 16 et 17 novembre 2015 après les attentats du 13 novembre contre la salle de concert du Bataclan, plusieurs terrasses à Paris et près du Stade de France à Saint-Denis. Ces attaques kamikazes font 130 morts et plus de 350 blessés.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article