Publié par Fabrice Jobard

Le mot « Protocole » vient du latin « Kollaô » (coller) qui désignait le premier feuillet collé d'un registre administratif. Par métonymie, le mot s'appliqua au registre lui même et par extension à son contenu. Aujourd'hui le terme de protocole renvoie à des textes de loi qui organisent les relations entre les institutions nationales (en France on parle de « Protocole républicain ») ou entre les Etats (on parle de « Protocole diplomatique »). Comme il s'agit de lois, ces textes sont incontournables. Ne pas les respecter c'est au minimum devoir présenter des excuses, mais cela peut aller plus loin et conduire à payer une amende ou… déclencher une guerre entre des pays !
En France, l'essentiel des textes protocolaires concernent les préséances républicaines, c'est dire le classement des personnalités (des représentants physique des institutions) entre elles.
Les « usages » sont des pratiques sociales considérées comme valables dans un lieu déterminé, à un moment donné. Les usages ne sont pas écrits (à la différence du protocole ») et sont donc fluctuants dans le temps et l'espace. Il s'agit de codes, de systèmes de conventions adoptées tacitement par tous et destinées à assurer la bonne marche des relations sociales, principalement dans la vie professionnelle ou « publique ». Ne pas s'y conformer, c'est risquer de heurter ses contemporains. Les « usages » viennent en complément des textes protocolaires qui sont très peu nombreux en France (5 pages!).
Alors que les textes des préséances protocolaires classent les personnalités entre elles, les usages indiquent par des discriminants qui entre deux personnes a droit à une certaine priorité (les plus âgés sur les plus jeunes, les femmes sur les hommes, les personnes invitées pour la première fois sur les habitués…).
Les « bonnes manières » renvoient à des notions plus «personnelles » ou « intimes » comme la politesse, l'hygiène… C'est en gros tout ce qu'on nous apprend lorsqu'on est enfant. Les bonnes manières sont l'expression des valeurs de la famille, de la communauté dans laquelle on a grandi. A priori c'est un ensemble plus fluctuant d'un individu à l'autre, d'une famille à l'autre…
Les trois notions de « Protocole », « Usages » et « Bonnes manières » sont cependant reliées entre elles . En effet si un des niveaux n'est pas correct, l'ensemble ne fonctionne pas bien. Prends un dîner officiel dans le monde… maritime. Si vous avez bien respecté les règles de Protocole diplomatique (en valorisant l'ambassadeur invité par exemple), les règles du protocole républicain (en faisant parler le représentant de l’État en dernier…), les usages dans le monde maritime (heu… en levant un toast aux marins disparus…), MAIS que les serveurs parlent forts et sentent la transpiration (ce qui a priori relèvent des bonnes manières…), les convives ne se souviendront QUE de cela et oublieront tous les efforts faits par les organisateurs pour respecter scrupuleusement Protocole et Usages !
Personnellement j'utilise assez peu la notion « d'étiquette » que je trouve un peu floue et surannée.
Le terme vient tout simplement du mot… « étiquette » qui désigne le petit papier collé sur un objet pour indiquer ce qu'il est, ce qu'il vaut, etc. Au 16e la cour de Bourgogne (et oui!) établit un programme détaillant l'emploi du temps du Duc et de ses courtisans. La coutume s'étend ensuite aux autres cours : Autriche, Espagne, France… A la fin du 17e siècle, le mot prend le sens de « cérémonial de cour ». Il décrit et prescrit dans les moindres détails les usages établis dans la maison d'un prince. Aujourd'hui ce terme s'emploie toujours pour les usages dans le monde aristocratique. Il est parfois utilisé aussi pour décrire des usages en vigueur dans de petites sociétés humaines toujours avec une certaine notion élitiste : l'étiquette des affaires (les règles de bonnes conduites à un certain niveau de business), l'étiquette du golf (la façon dont on respecte des autres sur un green… on dirait les règles de « fair play » dans des sports collectifs comme le football ou le rugby!), l'étiquette du mariage, etc.

Commenter cet article